♠ Яøzεη MΛιdeη ЯPG √2 ♣

La V2 du forum RPG des Rozen Maiden! Découvrez le 'jeu' de combat ''l'Alice Game'' Devenez une poupée vivante, une Rozen Maiden ou même un humain choisi pour servir une poupée.. accepterez vous le pacte de la rose? Qui deviendra Alice ?
 
AccueilAccueil    FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Notes importantes : Journal de Riko

Aller en bas 
AuteurMessage
Riko Tsumi
Propriété de Stella ~
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 13/05/2009
Age : 27

MessageSujet: Notes importantes : Journal de Riko   Lun 11 Jan - 22:29

[1ère Partie : Reprenant une en grande partie son histoire, cette partie ajoute quelques détails, expliquant entre autre ce qui poussera Riko à écrire ce journal.]

Qu'est-ce que j'ai l'air bête à écrire sur ce journal. Pourtant je suis en train de le faire, j'écris ce que je pense... c'est stupide. Mais une promesse est une promesse. Et si elles s'en rendent compte je vais encore passer un sale quart d'heure. J'ai l'impression d'être une fille. C'est amusant d'imaginer que ceux deux là tiennent un journal intime comme des jeunes filles... normales ?

Kaname... Yakumo... elles sont mignonnes... Mais qu'est ce que je raconte là. Si quelqu'un tombait dessus ? Un mec de la classe ? Et je continu d'écrire ce que je pense ! ...

__________

Elles m'ont harcelé toute la journée pour savoir ce que j'avais écrit dessus. Elles se sont même moquées de moi quand je leur ai dit que j'avais écris ce qui me passait par la tête, en me trouvant stupide. "C'est le but d'un journal, tu écris ce que tu penses, sans même t'en rendre compte. Tu verras ça fait du bien de dire du mal des autres..." Du mal des autres ? Mais pourquoi j'ai que leurs visages en tête ! Je peux pas dire de mal...

__________

Je crois qu'elles avaient raison, ça fait du bien d'écrire. J'ai pris le journal sans m'en rendre compte en rentrant. Et me voilà en train d'écrire. J'ai rien de spécial à dire, pourtant j'écris... je me vide la tête....

__________ [Plusieurs pages plus loin] __________

On vient d'enterrer un chien ! Elles m'ont pris comme complice sans que j'ai rien pu faire ! Et si la police l'apprenait ? Et si je finissais en prison ? Et... et j'écris ça ! Pièces à conviction !
Et avec leurs techniques ça servirait à rien de rayer. Ils peuvent sûrement lire à travers... Je suis foutu. Faut que je cache ce journal, là où il ne pourront jamais le retrouver... dans mon oreiller !

C'est bon, j'ai réussi à subtiliser les affaires de couture de grand-mère. Maintenant me faut mes ciseaux, et hop...

__________

Un an et demi. Voilà un moment que je n'ai pas touché à ce journal. Je l'avais presque oublié. Et vu le sort de mon oreiller, il a bien faillit finir aux oubliettes plus d'une fois. Ah, c'est amusant de me relire. Baka... j'étais vraiment stupide à cet âge. Mais relire toutes ces choses sur elles... ça me rend nostalgique. Et je suis presque au bout du journal, il me reste quelques pages. Je vais vite les remplir. Enfin, écrire en italien j'ai l'impression que ça prend moins de place tout de même. Mais je ne tiendrais pas longtemps comme ça. Je me demande si je devrais en acheter un nouveau. Je verrais plus tard, si je me surprend à écrire de nouveau régulièrement...

__________

Que de choses à raconter. J'ai appris à jouer du piano ! C'est la chose dont je suis le plus fier. Je ne suis pas encore très habile mais je compte bien m'améliorer. J'ai eu un synthé pour mon anniversaire et avec des amis on a formé un groupe. Les "Crazy Catz". La rencontre avec le groupe c'est fait d'une façon que je n'arrive toujours pas à expliquer. C'est bizarre de serrer la main de tout le monde, de se prendre dans les bras pour n'importe quelle raison. C'est amusant de découvrir comment les gens vivent dans d'autres pays. J'aimerais bien voir ces deux là ici... le moindre qui la toucherait serait mit à terre en un clignement d'œil. Enfin... peut-être se sont-elles calmées avec le temps... je me demande ce qu'elles sont devenues.

__________

Le premier concert que je fais avec le groupe ! On a demandé à la directrice pour animer le carnaval. Eleonore nous a dit qu'elle nous prévoyait des déguisements adaptés... Je suis impatient de voir ce qu'elle nous mijote... Enfin pour le moment on révise nos morceaux, on arrange les détails. Faut aussi qu'on loue des enceintes et tout le matériel de son, faut tout régler... Que de boulot en perspective.

__________

J'ai le trac, demain c'est le jour J. J'ai même pas trouvé le temps d'écrire, on était débordés, les soirées prises à répéter, là il est déjà minuit, je devrais être couché... je me dépêche, faut que je sois en forme.

__________

Extraordinaire ! Cette sensation, toute cette musique, les élèves qui nous en redemandaient. Même les profs ont dansé ! J'aurais jamais cru ça possible. Par contre je comprends pourquoi Eleonore a attendu le dernier jour pour nous montrer les costumes. On avait tous des oreilles de chats sur la tête. M'enfin en se regardant tous dans le miroir ça donnait bonne allure. Je suis impatient de voir les photos prises, ça promet...

__________

Regardez moi cette tronche. Je la laisse là, les autres je les gardes encadrées.

Spoiler:
 

__________ [Plusieurs pages plus loin] __________

Dernière page. La fin d'année approche, on va déménager. Mes parents ont dit que ce serait la Russie. On va se les geler... Et puis je vais encore perdre plein d'amis... c'est impressionnant de voir les rencontres qu'on peut faire loin de chez soi. Et les liens qu'on peut tisser en si peu de temps... j'espère qu'on se reverra un jour.

[Fin.]

Finalement, j'en ai acheté un autre, c'est fou. Quand je me souviens des préjugés que j'avais sur les journaux intimes... Mais cette fois, la couverture est en russe. J'avais pas le courage d'en commencer un nouveau en Italie, avec la séparation si proche. Et le concert d'adieu... toutes ces personnes qui m'ont serré dans leurs bras. C'est étrange comme les choses sont plus émouvantes ainsi... particulièrement les adieux. J'ai pleuré comme une madeleine.
Oh et puis le tatouage... le souvenir indélébile. Ils m'ont dit : "Le jour où on fera des concerts dans le monde entier, on viendra te chercher. Ce tatouage c'est une marque, qu'importe le temps tu sera toujours membre du groupe."
J'ai beau les connaître, je me dis qu'avec le temps, ils m'oublieront. Mais je serais heureux d'entendre parler du groupe un jour, je serais heureux s'ils réussissent à être connus, qu'ils se rappellent de moi ou non.

__________

La Russie. On est encore en été et je me les gèle déjà !

__________

Je ne sais pas si c'est le froid, mais ici les gens semblent moins chaleureux. Enfin, c'est sûr que je ne peux pas trouver des personnes comme Flavio partout. Je m'attendais vraiment à connaître la moitié de la classe après le deuxième jour ? Je crois que oui. Mais finalement, n'est-ce pas mieux ainsi ? Mes parents m'ont dis qu'on ne resterait qu'un an, ils ont déjà prévu un retour au Japon, pour mes études. Alors à quoi bon m'attacher si je dois souffrir de nouvelles séparations ?

__________

Il y a une fille étrange dans la classe... enfin... je dirais plutôt "effrayante". Il y a comme une aura qui se dégage d'elle et tout le monde la fuit. Même les profs semblent la craindre. Je l'ai vu sortir un couteau en cours sans que la prof ne dise un mot. Qui est-elle vraiment ? C'est effrayant et à la fois... intrigant. Suis-je fou ? Ou suicidaire ? Trop curieux sans doute ? Il faut que j'essaie de la connaître...

__________

C'est dur. Elle ne me répond pas. en même temps, vu les moqueries dont j'ai été témoin, je comprends qu'elle se méfie. Si seulement j'arrivais à obtenir sa confiance.

__________

Enfin ! Elle m'a répondu ! Bon, c'est très timide mais c'est une réponse. Et les autres élèves semblent la voir d'un meilleur œil. C'est amusant de voir cette évolution. Au début ils me conseillaient de l'éviter, je leur ait expliqué ce que je souhaitait faire. Ils se sont moqués. Peu à peu, j'ai pu constater qu'ils m'observaient. Je suis comme un cobaye.
Mais le plus amusant reste la tête du professeur de russe. Il secouait la tête à chaque fois qu'il me voyait lui parler. Mais lorsqu'elle m'a répondu... son visage restera toujours gravé dans mon esprit. Il s'est arrêté net devant la porte, il a même laissé tombé ses clés par terre. Il était bouche bée. Les autres élèves ont aussi eu des têtes bizarres, mais le prof était le plus amusant. On aurait dit qu'ils venaient tous de voir un miracle...

Prochain objectif : Intégrer Sofia dans la classe.

__________ [Plusieurs pages plus loin] __________

C'est une fille étrange. Et surtout perverse. Derrière ce côté sombre se cache une fille au caractère déroutant. Par contre faut qu'elle arrête de mater les mecs avec son regard actuel... elle les effraie plus qu'autre chose...

__________ [Plusieurs pages plus loin] __________

Objectif atteint : La classe l'a totalement intégrée, les professeurs la regarde d'un meilleur œil, mais elle joue toujours avec des couteaux sans qu'ils ne se plaignent. On forme une petite bande, Sofia, moi, et d'autres filles. C'est bizarre d'être le seul garçon. Surtout avec Sofia qui ne cache pas ses envies de me déshabiller... Elle fait quand même peur parfois malgré tout...

__________ [Plusieurs pages plus loin] __________

J'avais oublié... on s'amusait bien... j'étais heureux... mais ce soir j'ai vu papa et maman en train de faire des cartons. J'avais oublié qu'on ne restait qu'une année. Moi qui ne voulais m'attacher à personne...

__________

Encore une fois, j'ai pas pris le temps d'écrire.. les mois se sont écoulés, me revoilà au Japon. Je me rappelle vaguement de ce qu'il s'est passé avant mon départ. J'ai faillit mourir à cause de Sofia. Voir mon sang, quelle idée. Mais je n'ai plus vraiment la tête à ça. Aujourd'hui les poupées parlent... il s'en est passé des choses... Bon, il faut que je range ce journal ou personne ne le trouvera, avec l'autre. J'en achèterai un nouveau pour raconter ces évènements surnaturels que j'ai vécu depuis mon retour au Japon...

[Fin.]

[2ème Partie : Débutant à sa rencontre avec la première poupée vivante, cette deuxième partie s'étoffera peu à peu...]

[A suivre...]

[3ème Partie : Notes diverses]

Amour, mensonges, sentiments, jeux...

Des ingrédients qui, une fois réunis, font bien souvent des ravages. Comment pardonner ? Comment se faire pardonner ? Manipuler, être victime. Les sentiments sont des fragments fragiles de notre âme. Un souffle, un manque, et c'est tout un équilibre qui s'effondre. Et lorsque la descente est amorcée, il est souvent difficile de trouver la force de s'accrocher, de lutter, de remonter.
Comment vivre avec la culpabilité ? La déception ? Qui faut-il le plus blâmer ?
Tel le pauvre volant le riche. Faut-il punir le voleur pour son acte ? Ou le blâmer de n'avoir pas réussi ?

Amour,
Tel un bourgeon au premier jour,
Avec les saisons, fleurissant,
Pourtant il se fane un jour,
Et n'est plus qu'un souvenir languissant...

Mensonges,
Pour fuir une vérité,
Trop dure à avaler,
Pour faire souffrir autrui,
Satisfaire des envies...
Malsaines...

Sentiments,
Amour, amitié, joie,
Peur, courage et crainte,
Tous naissent à un endroit,
Le cœur et le ventre d'une femme enceinte...

Jeux,
Plaisir, détente, occupation,
Désir, amante, et danger,
Pourtant, à tort ou à raison,
On ne peut s'empêcher de jouer...

~ A la recherche d'une identité... ~

____________________

Philosophie : Est-il souhaitable de réaliser tout ce qui est techniquement possible ?

- Arnold ? Arnold ? Hey ! Arnold ! Debout !
- Hmm ? Maman ?
- Non, moi c'est Zara... mais t'es pas un peu vieux pour demander ta mère ?
L'homme se redressa de son lit en un instant avec les yeux écarquillés, cherchant du regard cette voix qu'il avait entendue. Était-il en train de rêver encore ? Cette voix semblait pourtant si réelle, une petite voix enfantine, comme celle d'une petite fille. Mais après un examen visuel et rapide de la pièce, il était évident que personne n'était présent, il secoua donc la tête en riant de son imagination.
- Je suis là.
De nouveau, il sursauta. Il s'éloigna d'un bond de sa table de nuit, d'où venait la voix. Là, il y avait une fille, toute petite. Si petite qu'elle aurait tenu dans sa main. Elle était vêtue d'une petite robe verte, descendant à ses genoux, et décorée de petits motifs en forme de roses aux couleurs vives. Elle portait de petites sandales, du moins à sa taille. Le tout s'accordait à merveille avec son regard d'un vert marin et ses cheveux blonds qui tombaient au bas de sa taille.
L'étrange jeune fille remarquait bien qu'Arnold n'était pas habitué à voir de telles choses, comme n'importe quel humain, alors elle se présenta de nouveau, en précisant cette fois-ci :
- Je suis Zara, une fée. Et tu es l'heureux gagnant de la loterie céleste des génies.
Le pauvre homme cherchait de nouveau quelque chose dans sa chambre, essayant de trouver une quelconque caméra du regard, pensant à une mauvaise blague. Surtout qu'une loterie céleste, c'était absolument ridicule. Mais la fée enchainait :
- Non pas que tu sois un génie, loin de là... hum.. sauf ton respect...
Le comble. Elle se foutait de lui. Mais il n'eut pas le temps de rétorquer un mot qu'elle reprenait déjà :
- En fait, ce sont les génies magiques dont je parle, ceux qui exhaussent les souhaits. Tu as été tiré au sort et tu as gagné le droit de te voir exhausser autant de souhaits que tu veux, pendant un mois. Mais avec certaines conditions.
Une paire de lunettes en forme de demi-lune apparurent sur le nez de la fée, et un rouleau de parchemin fit son apparition dans sa main. Elle déroula celui-ci et lit fièrement, d'une voix audible, du moins autant qu'il lui était possible avec sa taille :
- Je ne peux réaliser tes souhaits que s'ils sont techniquement possibles.
- C'est à dire ?
- Tu es un humain, vous avez des techniques, des choses que vous savez faire, je ne peux donc réaliser des souhaits que si c'est... humainement possible en somme. Pas de magie, de dragon ou de dimension parallèle. C'est réservé aux membres V.I.P.
- Comment ?
- Hum... j'aurais pas du dire ça. Oubliez les V.I.P.
Arnold pinça sa peau à plusieurs reprises, grimaçant à chaque fois sous la douleur, il ne rêvait pas ? Sur le coup il se demanda si ce n'était pas une invention cette histoire de se pincer. cherchant une explication rationnelle, logique... une telle chose ne pouvait pas être possible. Mais Zara interrompit ses réflexions en quête d'une explication et annonça :
- Dernière chose. tu as 24 heures pour refuser, prends ton temps, je reviendrais. Mais attention, si tu en parles à qui que ce soit je disparait, même si cela fait deux semaines que tu as accepté. C'est notre petit secret d'accord ?
L'homme acquiesça d'un signe de tête et la fée disparu dans une petite fumée verdâtre qui se dissipa rapidement laissant une odeur fleurie dans la pièce.

On était Samedi matin, Arnold avait prévu une grasse matinée, mais il fut interrompu par une petite fée. Il passa ensuite sa journée à réfléchir à cette offre, vaquant à ses occupations habituelles sans que son esprit n'y soit vraiment, il avait la tête ailleurs. Il eut même du mal à trouver le sommeil le soir venu, et lorsque le matin arriva, il était debout avant l'arrivée de la fée, ayant mûrement réfléchi, pesant le pour et le contre.
En fait, il avait été très déstabilisé par l'aspect magique de cette rencontre, et une fois à tête posée, avec du recul, il avait pu mesurer ce qui lui était offert. Même si la magie n'y était pas, il avait là une lampe de génie offrant des vœux à volonté, et en un mois, il avait le temps de demander tout ce qu'il souhaitait, tant que c'était techniquement possible.
Arnold avait pris le temps de penser à ce détail, décortiquant sa signification. Il en était venu à cette conclusion :
- Tout ce qui est techniquement possible, c'est tout ce que les humains savent faire. Autrement dit, depuis le tourne-vis à la villa au bord de mer, je pourrais demander tout ce que les humains savent faire, tout ce que nous fabriquons et sommes capables de réaliser. Grâce entre autre aux techniques que nous avons acquises. C'est phénoménal !
C'est là dessus qu'il avait pris sa décision, et lorsque Zara apparut sur sa table de nuit, il était confiant et prêt à lui répondre de vive voix, avec assurance :
- J'accepte.
- Parfait ! Maintenant je vous en pris demandez et je réaliserais.
- Je veux devenir riche.
- Classique... mais vous ne vous y prenez pas bien, il faut m'expliquer ce que vous voulez exactement, la richesse c'est trop vague. Richesse intellectuelle ou richesse monétaire par exemple. Il me faut des choses précises.
- Ah, ben alors je veux... un milliard d'euros sur mon compte en banque.
- Exhaussé.
- Comme ça ? Si vite ? Même pas de "Abracadabra" ou de baguette magique ?
- Faut vivre avec son temps mon petit Arnold, on a toute une équipe sur le coup, j'ai mon micro, il entendent tout et ils me préviennent dès que c'est fait, par le biais de mon oreillette.
Malgré le fait qu'il se soit résigné à croire à ce cadeau, il ne pouvait s'empêcher de penser à une mauvaise parodie, une comédie, autrement dit une mauvaise blague qu'on lui faisait. Il devait donc vérifier. Il prit congé de la petite fée pendant le reste de la matinée et ne revint que pour le repas aux environs de midi. La petite fée attendait tranquillement dans la chambre, se reposant sur l'oreiller confortable d'Arnold qui entra dans la pièce en criant :
- C'est hallucinant ! C'est impressionnant ! C'est invraisemblable ! C'est irréel ! C'est...
- Oui j'ai compris, tu vas pas me sortir tout ton vocabulaire.
- Pardon.
- Bien, un autre souhait pour monsieur ?
- Une villa ! En bord de mer, dans le Sud.
- Pourquoi ne pas l'acheter avec cet argent nouvellement acquis ?
- Je veux la faire construire selon mon imagination, selon mes plans, tu peux faire ça n'est-ce pas ?
- Si je n'ai aucun plan non, je ne peux pas lire tes pensées, il me faut des choses concrètes. Les maçons ne construisent pas la maison d'un client sans plan, c'est techniquement possible, mais ça risque fort de ne pas leur convenir, comprends-tu ? Et il faut que je sache où la maison sera construite.
- Dans ce cas, je vais faire un petit voyage au sud. Et trouver un architecte qui puisse me faire des plans.
- Voilà, c'est parfait.
- Mais avant je vais m'acheter une nouvelle voiture.
- D'accord, reviens me chercher quand tu es prêt à partir.
- Tu ne peux pas te transporter toute seule ?
- Si, mais c'est fatiguant les voies céleste il y a toujours des bouchons, et puis là au moins je pourrais causer avec toi pour m'occuper.
Les choses ainsi réglées et entendues, elles s'effectuèrent dans l'ordre prévu. L'architecte ne fit pas les plans le jour même, ils dormirent donc à l'hôtel quelques nuits jusqu'à ce que les plans soient acquis. Arnold chercha ensuite le bon terrain, qu'il payant à son propriétaire une coquette somme et lorsqu'il fut satisfait, et que tout les papiers furent signés, il demanda à Zara de réaliser son vœux.
- Il faudra deux semaines.
- Comment ça ? Deux semaines ? Mais ça fait déjà une semaine que tu es là. Je n'ai plus que trois semaines pour profiter. Tu ne peux pas le faire maintenant ? Comme ça ?
- Techniquement possible, rappela la petite fée. L'équipe a calculé le temps qu'il faudrait dans les meilleures conditions possibles, avec toutes les matières premières à disposition, le maximum de main-d'œuvre possible tout le temps et une organisation réglée comme du papier à musique.
- Hmm... eh bien soit. J'attendrais. En attendant, je trouverais bien d'autres voeux à te faire réaliser.
- Ah non, je ne peux m'interrompre. Dès que j'aurais commencé ta villa il me faudra deux semaines sans un vœu.
- Mais c'est l'arnaque !
- Ce n'est pas discutable.
L'homme prit donc son mal en patience. Il s'occupa avec l'argent obtenu dans divers magasins, ne dépensant pas trop car il n'avait nulle part où stocker ses achats, mais il repérait déjà de quoi meubler son intérieur. Récupérant toutes sortes de livres de commandes. Cherchant sur internet. Ses deux semaines s'écoulèrent finalement plus vite qu'il ne l'avait prévu. Interrompu par son patron une fois sur son portable. L'appel fut cours et le résultat n'était pas bien clair, s'il démissionnait ou s'il était renvoyé, au final il n'avait plus de boulot dans tous les cas.
Lorsque sa villa fut terminée, il s'y installa et remercia Zara, avant de lui demander de réaliser de nouveaux souhaits. Il allait meubler son intérieur. Il prirent une journée entière à faire le tour de la maison, indiquant en détail ce qu'il voulait et où il le voulait. La petite fée lui expliqua d'ailleurs qu'il faudrait le temps d'une livraison pour tout avoir, Arnold allait donc devoir attendre le lendemain pour découvrir sa nouvelle maison, totalement aménagée, et quitter ce jour-là l'hôtel où il aura passé la nuit.
Il fit divers autres vœux pendant les jours qu'il lui restait, demander un peu plus d'argent pour être sûr de combler ses désirs jusqu'à la fin de sa vie. Et le jour venu de la fin du contrat, il remercia Zara qui ne prit pas le temps pour les adieux, justifiant son départ rapide par le travail.

Une semaine s'était écoulée depuis le départ de Zara et notre homme ne se lassait pas de ce bonheur, de cette joie d'être riche, de faire ce qu'il voulait dans son énorme villa. Il reçut ce jour une visite, on sonna et il mit du temps à atteindre l'entrée, commençant à songer à engager des domestiques pour moins se fatiguer. Mais la surprise fut désagréable lorsqu'il ouvrit la porte. Devant lui se tenaient une femme et deux hommes en uniformes, la jolie demoiselle annonça alors d'un ton tranchant :

- Vous êtes en état d'arrestation.

Pour détournement de fond. Il compris après des explications ce qui était arrivé. Il était accusé de détournement de fond par piratage informatique, ayant volé les fonds d'une banque. Il comprit alors le véritable sens de ces deux mots "Techniquement possible". Elle l'avait bien eu cette petite fée, et il raconta son histoire avec le vain espoir qu'on le croit, mais sans résultat. Sa maison lui fut retirée, il finit par être couvert de dettes et accumulait les erreurs judiciaires. Sa peine s'allongeait et même si on eut du mal à justifier l'apparition si rapide de la villa, personne n'accepta de croire la version pourtant réelle de cet homme qui pensait avoir reçu un cadeau. En réalité, c'était un cadeau, mais il était empoisonné. Il n'avait pas assez réfléchit au sens de "techniquement possible". Il souhaitait juste vivre riche sans s'inquiéter des conséquences. Finalement, il avait retenu une bonne leçon. Même si l'on pouvait faire beaucoup de choses, techniquement du moins, de nombreuses contraintes nous empêchaient de rendre ces choses souhaitables. Des raisons judiciaires dans le cas d'Arnold.
Il laissa son esprit vagabonder pendant ses jours en cellules, cherchant de nombreuses choses techniquement possible, qui n'étaient pas souhaitables. Il en trouva beaucoup, des plus insignifiantes aux plus horribles, ou du moins, peu souhaitables, comme les guerres. Mais il pensa aussi à de nombreuses choses qui étaient tout à fait souhaitables. Comme guérir les malades grâce à la technologie et aux recherches médicales. Aider les gens à accomplir leurs travaux par le biais de machines. Et bien d'autres encore. Le bilan était finalement mitigé, certaines choses étaient plus que souhaitables, alors que d'autres, même si elles étaient possibles, avaient plutôt intérêt à être évitées. Dans l'intérêt d'une ou de millions de personnes.

Dans sa cellule, il ne cessait de penser. Était-il souhaitable de vouloir toutes ces choses qu'il avait demandé ? C'était techniquement possible de les obtenir, mais finalement, au vu des conséquences, il n'y avait rien de souhaitable là-dedans. Et pourtant, il aurait pu demander des choses beaucoup plus souhaitables, tout en étant techniquement possibles. Rien n'est ni tout blanc, ni tout noir, il faut simplement savoir faire la part des choses, et bien mesurer les conséquences.

FIN.

_________________


Riko Tsumi

Mais aussi : Laplace

! Partisan du zutisme !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Riko Tsumi
Propriété de Stella ~
avatar

Messages : 1314
Date d'inscription : 13/05/2009
Age : 27

MessageSujet: Re: Notes importantes : Journal de Riko   Mar 23 Fév - 22:33

Création 11/01/10 : 1ère partie, le passé de Riko.

MàJ 20/01/10 : Notes diverses : ~ A la recherche d'une identité ~

MàJ 23/02/10 : Notes diverses : Philosophie

Ou comment oser ce que personne n'osera et se taper un énorme hors sujet. Je vous donnerai ma note quand je l'aurais...

_________________


Riko Tsumi

Mais aussi : Laplace

! Partisan du zutisme !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Notes importantes : Journal de Riko
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]
» Riko Sugar [Validée]
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♠ Яøzεη MΛιdeη ЯPG √2 ♣ :: { Entre RPG et Réalité } :: [Journal Intime]-
Sauter vers: